Métavers, c’est quoi cette merde ?

Comment l’humanité préfère inventer des concepts à la con plutôt que de consacrer ces sommes folles à la sauvegarde de notre planète.

Pourquoi ce titre ? Pourquoi ce chapô ? Tout d’abord, pour contribuer à réaliser un rêve. Celui de Marjolaine Koch, une journaliste, tweeté un jour de canicule. Elle rêvait d’en lire un, elle en lira au moins deux

Cela faisait des mois que je voulais écrire sur le métavers, même si tout a déjà été dit. C’est l’un des rares sujets qu’on n’a pas abordé avec Benjamin Teitgen dans notre dernier livre. Pierre Renaud m’avait chatouillé avec sa chronique dans Brief, dont je valide chaque mot. Ce tweet était l’occasion rêvée pour un billet d’été, tout en légèreté, à lire les pieds dans l’eau, ou avec un mojito, dans le grand bain de la rentrée.

Avec un tel titre provocateur, je m’attends à une déferlante de trolls, pro-métavers, fascinés par ce monde virtuel vers lequel le confinement nous aurait fait basculer. Suffit de voir le florilège en réponse au tweet initial. Le métavers, encore un sujet qui divise. J’adore en débattre avec des amis comme Pierre Cappelli, fervent défenseur, dont je respecte l’avis diamétralement opposé. Mais ce n’est pas le but ici.  Aucune volonté de blesser, aucune tentative de vous convaincre. Sans prétention, juste démontrer pourquoi ce tweet résume bien pour moi le problème.

Le métavers, c’est de la merde ?

Une litote, répondrait le Professeur Scott Galloway qui décrit le métavers comme un « gros sac de merde enflammée ». Rien que ça. C’est dans le célèbre podcast Pivot que l’expert en marketing emploie cette métaphore pleine de poésie. Pourquoi de la merde, alors ? Topito vous donne 8 raisons. Je suis d’accord avec 7 d’entre elles. Mais c’est surtout pour moi « une vieille idée qui n’a jamais fonctionné », comme l’explique très bien l’ancien PDG d’Evernote, recyclée en plus grande escroquerie mondiale.

Il y a 20 ans, franchement, j’aurais adoré. Mais en 2022, ce qui est censé représenter « notre destination en 2049 », le « web 3.0 », que dis-je, le nouveau monde… Comme disent les jeunes, « c’est complètement claqué » ! 😀 On m’aurait dit que Meta travaillait sur une nouvelle console de jeu, j’aurais trouvé l’idée super pour les gamers. Mais cette manière dont on nous vend le truc… C’est trop. Tout ce « bullshit marketing » pour un Second Life à peine amélioré ? Des « mondes bis », soi-disant « ouverts » mais « propriétaires », où le but serait de vendre de l’espace publicitaire, d’acheter des biens et objets imaginaires ? Ce serait ça l’idéal des jeunes post-Covid19 dans un monde qui brûle ? Leur nouveau rêve, devenir un jour « policier du métavers » ? Non, comme dirait Jean-Pierre : « c’est de la merde ».

Le métavers, des sommes folles ?

Qu’on croit à son avenir ou pas, c’est peut-être ça, le problème : la folie des sommes qui sont en jeu. Le projet d’économie du Métavers devrait atteindre 42 milliards de dollars d’ici 2026, selon Strategy Analytics et 872,35 milliards de dollars en 2028, selon Reports and Data. Des entreprises achètent déjà des terrains à plusieurs millions de dollars. Un centre commercial a été vendu 4,8 millions de dollars. L’économie du vide ne s’est jamais aussi bien portée.

Lorsqu’en 2005, il y avait les mêmes spéculations sur Second Life, dont on s’arrachait le linden dollar, il y avait au moins des utilisateurs. Là, c’est le néant. Même les concerts gratuits de stars mondiales font des bides. Peu importe, tant que les directeurs marketing fantasment et qu’on apprend aux traders à boursicoter… Mais lorsque la bulle va éclater, ça va faire mal.

La vérité, c’est que Mark Zurckerberg est pris au piège d’une folie… boursière. Lorsque Meta a publié ses résultats du 4e trimestre 2021, en déclarant que son Métavers avait perdu 10 milliards de dollars et que sa base d’utilisateurs Facebook avait diminué pour la première fois de son histoire, la réaction boursière a été immédiate. L’action Meta a chuté de 26,4 %, effaçant près de 240 milliards de dollars de l’évaluation de la société, ce qui a constitué la plus grande perte en une journée de l’histoire des entreprises américaines. Mark est donc obligé de nous faire croire, par tous moyens, que ça va marcher, pour maintenir Meta à flots.

Le métavers, contre la planète ?

La cruelle ironie de la prospective, c’est qu’on nous prévoit, d’un côté, un métavers devenu notre monde en 2049. De l’autre, la fin de notre civilisation en 2040. Chacun écoutera qui il veut, mais quel rapport avec la sauvegarde de la planète, me direz-vous  ?

D’abord, un lien de cause à effet direct : il est scientifiquement prouvé que cet inévitable métavers aura des « impacts considérables sur les ressources minières et énergétiques, sur l’environnement, et même nos personnalités » ! D’un côté, on nous impose des voitures électriques, de l’autre il sera impossible de les recharger en cas de forte chaleur. D’un côté on impose des sites écoconçus, une sobriété numérique, on nous annonce « la fin de l’abondance » ou des risques de « passer Noël à la bougie » et de l’autre, on ouvre une nouvelle économie dans un nouveau monde 100 fois plus énergivore. On marche sur la tête ?

Après un été d’incendies aux airs d’apocalypse, et une canicule planétaire obligeant les centres de données à consommer une quantité incroyable d’eau, le rêve de Mark Zuckerberg devient le cauchemar de toute une jeunesse engagée pour la planète ! Rien que pour ça, le projet mériterait d’être tué dans l’œuf.

Et avec ce pognon de dingue, on pourrait sauver le monde ?

Sur le papier, ce serait « grossièrement » possible, oui. Car ce qui sera investi pour le métavers d’ici 2030 est le double de ce qu’il faudrait pour « sauver le monde » (2500 milliards). Maintenant, pourquoi serait-ce au métavers de régler le problème ? L’hypothèse est assez absurde. Mais une chose est certaine : à défaut de sauvegarder la planète, l’argent du métavers pourrait, déjà, éviter d’aggraver son état.

On peut aussi s’interroger sur le fait que les médias qui parlent le plus de ces univers sont ceux de la finance. On retrouve les notions de NFT, de blockchain. L’argent reste roi au détriment de tout le reste. Et on nous vend « un monde meilleur »… ailleurs, assis, enfermé, sans plus sortir de chez soi. D’ailleurs pourquoi sortir puisque le monde ne sera plus vivable ? C’est ce que sous-entendent ces univers.

Il me tenait à cœur d’envoyer cette « bouteille à la métavers ». Même si je sais que je ne vais pas me faire que des amis avec ce billet. Chers trolls, vous pouvez m’insulter.

Je connais déjà une bonne partie de vos arguments en défense.

  • 👎 « Cela n’a rien à voir avec Second life ». Eh bien! si… La techno a peut-être évolué, mais le principe reste le même. Pourquoi inventer des trucs qui existent déjà ? Il n’y a pas que Second Life d’ailleurs. On peut citer Minecraft, qui fonctionne toujours bien, où l’on peut construire ce que l’on veut, dépenser des sous, dans une communauté virtuelle. Et si vous vous gargarisez d’univers qui continuent à évoluer même lorsque vous n’y allez pas, prenez un Tamagotchi ! Il ne restera plus qu’à le faire évoluer sur une plateforme ouverte où il rencontrera d’autres Tamagotchi…. Un Pokemon Go(go) ? Bref, on essaie à tout prix d’inventer des usages professionnels pour que les grandes entreprises injectent de l’argent mais il n’y a rien de plus dans ces univers, à part une expérience nouvelle avec le casque VR, et les jeux sont suffisants pour ça.

  • 👎 « On disait la même chose du web au début des années 90 ». En gros, « nous sommes des visionnaires, pas vous ». Sans doute l’argument le plus ridicule. D’abord car, en bon dinosaure du web, j’ai bien perçu, dans les années 90, la révolution qu’il allait amener. Idem pour les réseaux sociaux. Mais pas tous non plus : j’ai toujours trouvé Google+ ridicule, autant que le métavers aujourd’hui. Si l’on sort une idée avec 10 ans de retard, c’est l’échec assuré, et c’est valable pour ces deux projets. Mais surtout on a suffisamment de recul aujourd’hui pour en voir les écueils et savoir que les pionniers du web sont passés de l’utopie au désenchantement. On a suffisamment de recul sur les réseaux sociaux pour connaître aujourd’hui les pathologies qu’ils génèrent sur la santé mentale : troubles de l’attention, FOMO (« fear of missing out » ou peur de rater quelque chose), névroses de ceux qui vivent par procuration en se gargarisant de la vie des autres, en scrutant leurs faits et gestes, ou qui se croient dans une émission de télé-réalité en continu, dépréciation de soi, suicide etc. Alors si on rajoute un univers annexe, où l’on se projette encore plus dans un « double », que restera-t-il de nous, pauvres humains?

© Capture d’écran du clip « Carmen » de Stromae

Quels usages pour la communication publique ?

En tant que professionnels de la communication, nous sommes pourtant obligés de nous y préparer et de réfléchir, non pas qu’aux menaces, mais aussi aux opportunités pour la profession. Car vous l’avez compris : vu les sommes folles déjà investies, on n’est pas sorti de l’auberge des métavers. C’est d’ailleurs l’un des thèmes des prochaines rencontres nationales de la communication numérique organisées par Cap’Com : « La communication publique doit-elle s’intéresser au métavers et envisager quelque chose pour l’avenir ? Si oui, quels usages ? ». Déflorons un peu la question…

Qui se souvient de Vandoeuvre les Nancy, première collectivité locale sur Second Life ? Les suivantes se comptèrent sur les doigts de la main. A l’époque (2006), la mairie était décidée à utiliser toutes les nouvelles technologies de communication, de manière à promouvoir l’image de la ville : on y trouvait des services en ligne, une salle de conférence, des conseils municipaux filmés, et on pouvait même y feuilleter le journal municipal… Quel coût pour quel service rendu à combien d’habitants ? L’histoire ne le dit pas mais retiendra l’innovation.

J’ai le sourire aux lèvres en imaginant les amis Creusois rencontrés cet été enfiler un jour leur casque pour faire leurs démarches à la CAF… C’est d’ailleurs selon une étude Ifop l’avis global des Français, notamment des jeunes, qui majoritairement ne croient pas au métavers et n’y voient qu’un potentiel de divertissement. « Ton maire dans le métavers », comme s’interroge Marc Cervennansky, ce n’est pas encore pour demain.

En France, c’est la ville de Cannes qui se distingue, en devenant la première ville d’Europe à investir dans le métavers. De quoi faire buzz et RP à moindre frais, et même en gagnant de l’argent, puisqu’avec l’aide d’une startup locale, elle a numérisé 11 bâtiments du patrimoine cannois pour les revendre aux enchères.

Mais d’autres visent beaucoup plus loin. La ville de Séoul prépare carrément un bureau virtuel de la fonction publique pour développer l’accès aux services publics dans le métavers. Les usagers pourront y rencontrer des avatars de fonctionnaires pour faire leurs démarches : LOL. J’ai hâte de trouver « Devenir agent d’accueil du métavers » dans le catalogue de formations du CNFPT ! Blague à part, cela pourrait être amusant si les guichets physiques et services numériques du secteur public étaient au top. Si les réseaux sociaux étaient pleinement investis. Mais lorsqu’on voit toutes les marges de progression qu’il reste pour améliorer la qualité des services publics et l’expérience utilisateur, lorsqu’on connait toutes les contraintes budgétaires, cette perspective des « métavilles » est ridicule.

Il y a bien quelques domaines pour lesquels j’entrevois des débouchés professionnels réels. L’architecture, le tourisme, la culture, ou l’Histoire… et peut-être même le community management. Le seul problème, c’est qu’ils reposent tous sur la même supposition : que le métavers ait le succès mondial promis et soit la « nouvelle révolution industrielle ». Et jusqu’à ce jour, je reste persuadé que son flop sera aussi grand que son effet d’annonce. Mais que les actionnaires se rassurent : la bulle a 10 ans pour faire pschitt…


 

 

Ce coup de gueule vous a plu ? Partagez-le !

A vous la parole !

déclarations qui seront retenues contre vous :

Consultant indépendant | Digital lover | Communication publique et corporate | Auteur, formateur et conférencier | Fondateur de l'Observatoire socialmedia des territoires | Membre-fondateur DébatLab | Ex directeur agence Adverbia et blog-territorial

 

Plus de lecture...

Voir tous les billets